Problems loading language from path: /home/forge/calmement.org/components/com_dropbox/
Les 6 premières semaines

Les 6 premières semaines

Après la naissance, le retour à la maison… Certains parents ont hâte de rentrer chez eux pour se retrouver un peu. Pour d’autres par contre, la présence de personnes compétentes à l’hôpital ou à la maison de naissance était rassurante. Quoi qu’il en soit, il est souvent nécessaire d’être bien entourée. Des ressources continuent d’exister après l’accouchement (comité d’aide en allaitement, CLSC, etc.). Apprenez à dire oui si on vous offre de l’aide. Des plats préparés, une aide pour les tâches ménagères ou les courses vous seront plus utiles que des bras pour tenir bébé à votre place. Préservez cette intimité avec votre nouveau-né, vous avez besoin d’apprendre à vous connaître mutuellement. Il faudra aussi apprendre à doser les visites qui vous essoufflent et vous donner le droit de vous reposer un peu lorsque cela est possible.

L’importance du conjoint dans l’allaitement est trop souvent minimisée. Elle est pourtant si précieuse pour la mère qui allaite! N’ayant pas la même perspective que la maman, le papa peut souvent la guider lors de la mise au sein ou pour obtenir un meilleur positionnement. Il peut lui amener bébé, l’aider à s’installer, lui offrir un verre d’eau, etc. N’oublions pas que le support psychologique offert par le conjoint est souvent déterminant dans le choix de poursuivre l’allaitement.

Il est maintenant reconnu que le peau-à-peau offre de nombreux bienfaits physiologiques et psychologiques pour le bébé et la mère, en plus de faciliter un bon départ pour l’allaitement. Lorsque pratiqué régulièrement dans les six premières semaines de vie, certains effets seraient encore observables un an plus tard, notamment sur le plan de l’attachement et dans les interactions mère-enfant. Le portage serait aussi une pratique qui aide à sécuriser l’enfant. Il peut tout autant impliquer le père que la mère.

Les six semaines qui suivent la naissance sont également très importantes pour établir une bonne production de lait. La montée de lait surviendra généralement dans les 2 à 5 jours après la naissance. Certaines mères seront particulièrement engorgées. C’est normal et transitoire (entre 12 et 48 heures). Appliquer des compresses chaudes avant les tétées peut faciliter l’écoulement. De même, mettre régulièrement bébé au sein en lui offrant les deux seins à chaque tétée permettra de bien drainer les canaux. Si les seins demeurent tout de même très engorgés après les tétées, exprimer un peu de lait et appliquer des compresses froides peuvent aider à se sentir plus confortable. Il n’en sera pas toujours ainsi. Vos seins s’ajusteront !

Il importe de garder en tête que l’allaitement répond au principe de l’offre et la demande. Plus bébé est mis au sein souvent et plus les tétées sont efficaces, plus les seins produiront du lait. À l’inverse, retarder les tétées risque de faire chuter la production. La beauté de l’allaitement, c’est de ne pas avoir à se soucier de la quantité de lait ingéré, de la durée des tétées, ni de l’intervalle entre chaque tétée. Le parent peut sans crainte mettre la montre de côté et chercher plutôt à apprendre à bien reconnaître les signaux de faim de son enfant. Si bébé fait des urines et des selles régulièrement, s’il l’entend avaler, c’est que bébé boit. Cherchez plutôt à être au diapason avec votre enfant et allaiter à sa demande. Et si bébé veut téter pour se rassurer? Et bien, pourquoi pas? L’allaitement peut aussi servir à cet effet. Il rassure votre enfant, tout comme le portage et le peau-à-peau.

Certains parents sont tentés d’introduire rapidement les tétines lorsque bébé demande souvent le sein. Il est cependant fortement recommandé de retarder l’utilisation de toute tétine (sucette, biberon) les six premières semaines et ce, pour plusieurs raisons. L’allaitement est un apprentissage. Le bébé doit apprendre à bien positionner ses lèvres et sa langue pour maximiser l’ingestion de lait et ainsi favoriser une bonne production chez la mère. Le positionnement est différent lors de la prise d’une tétine, ce qui peut entraîner une confusion pour le bébé. Bébé pourrait chercher à prendre le sein comme il saisit la tétine, ce qui peut créer un inconfort, voire des douleurs pour la mère, en plus de nuire à la production. Le biberon nécessite aussi moins d’efforts de la part du bébé et peut lui fournir un débit plus rapide, ce qui peut amener bébé à repousser le sein. Il est plus rare que bébé refuse le sein lorsqu’une tétine est introduite plus tardivement. Finalement, les bébés qui utilisent la sucette ingèrent généralement moins de lait, celle-ci étant parfois utilisée pour les calmer au lieu de les mettre au sein. Cette pratique peut augmenter l’intervalle entre les boires, ce qui n’est pas optimal pour installer une bonne production de lait.